main-image

Aberdares

Le parc des Aberdares grimpe jusqu’à 3999 mètres. Il dévoile très vite son insolente beauté : des cascades, des ruisseaux nerveux d’eaux transparentes où ondulent des truites arc-en-ciel, des forêts de bambous, des arbres décharnés recouverts de lichens jaunâtres.

La vie semble rare de prime abord, mais elle explose partout ! Des oiseaux bigarrés inconnus, des singes timides, des antilopes à la fois peureuses et curieuses. Des buffles aux cornes souvent démesurées déambulent étonnamment sur les pentes escarpées. Quelques hyènes en maraude. Les colobes Guéréza au panache blanc exubérant ont trouvé ici leur paradis.

Le confort des bandas du KWS est rustique : un lit, une table, une douche basique, une cuisine exiguë, la cheminée, le feu qui crépite... Pas d’électricité, ni d’internet, et encore moins de téléphone, le monde des hommes vous semblera tellement loin... C’est au prix de ce confort sommaire que vous toucherez du doigt l’âme des Aberdares hantés par les rares et uniques espèces mélaniques : genettes, servals, mangoustes… et léopards noirs !!!

Le lodge The ARK, l’un des plus anciens du pays, a une âme ! Il ne ressemble en rien aux hôtels 3 étoiles haut de game kenyans : il s’apparente davantage à un vaisseau fantôme échoué. Poste d’observation idéalement situé au cœur du parc, il vous permettra d’observer et photographier depuis une terrasse, derrière une baie vitrée ou à travers la meurtrière d’un poste d’affût tout ce que la faune compte de représentants dans ce parc d’altitude : éléphants, buffles, potamochères, antilopes Bongo, Guibs harnachés, hyènes, léopards, genettes, peut être rhinocéros noirs… Vous pourrez veiller toute la nuit si vous le désirez… sinon un gardien vous réveillera avec une sonnerie qui tintera dans votre chambre exiguë... si votre Graal apparait sur le point d’eau ou la saline…